lundi, avril 03, 2006

François Girard au Japon

Vous connaissez François Girard? Celui qui a réalisé le film Le violon rouge? En ce moment, il tourne un film au Japon, l'adaptation du roman Soie d'Alessandro Baricco, traduit en 26 langues. J'ai d'ailleurs lu ce roman qu'un ami m'a suggéré et m'a prêté. Je l'ai bien apprécié. Je suis donc impatient de voir ce film et, en attendant, je suis toujours intéressé par les articles paraissant en exclusivité dans La Presse sur le tournage en question. Pour ce faire, La Presse a dépêché un envoyé spécial, Hugo Dumas.

Est-ce que je suis jaloux? Oui. Pas une jalousie à rendre malade, mais l'envie. L'envie d'être au Japon, d'interviewer François Girard, Michael Pitt et les autres artistes et artisans. Aussi envieux du budget de La Presse. Où prennent-ils cet argent? Est-ce que c'est le budget de 26 millions de la coproduction financée par le Canada, le Japon et l'Italie qui paie le salaire et les dépenses du journaliste? Ou La Presse aurait-elle vraiment les moyens de se payer un envoyé spécial pour des articles qui ne doivent pas attirer un nombre particulièrement élevé de lecteurs et de publicitaires?

Quoiqu'il en soit, jusqu'à maintenant, nous avons droit à 5 longs articles intéressants sur le film Soie. Le premier est bon à lire si c'est vous n'avez rien lu sur le sujet. Autrement, j'ai bien apprécié les portraits que nous dresse Dumas sur Michael Pitt et sur François Girard dans le deuxième et le dernier article. On y apprend notamment que Girard, malgré les mauvaises critiques sur son film Cargo et malgré les trois gros projets avortés pour diverses raisons depuis Le violon rouge, n'a jamais abandonné et se retrouve maintenant avec un film au budget de 26 millions de dollars.

  • François Girard tourne Soie au Japon
  • Michael Pitt, l'antistar de Hollywood
  • Le village de Soie de François Girard
  • Carrés de soie
  • François Girard: l'homme-orchestre

    ----------------------------------

    Et pour ajouter à ma jalousie, je tombe sur un article de Marc-André Lussier, toujours dans La Presse, où il interviewait Bertrand Tavernier en passant à Paris... tout bonnement. Eh bien moi j'ai dû me contenter, et ça me plaît déjà beaucoup, d'aller voir à Montréal l'avant-première du dernier film de Tavernier, Holy Lola sur lequel j'ai fait une critique.

    ----------------------------------

    En terminant, pour ceux qui voudraient lire une critique sur le film de Dan Bigras, La rage de l'ange, mon collègue et ami Martin a écrit un très bon article.
  • Aucun commentaire: